samedi 28 mars 2020

BOUGE QUI PEUT


Hier au soir j'ai reçu un mail de notre coach sportif 


Qu'en voilà une super idée ! 

J'ai affiché le tout sur la porte du frigo, pour me rappeler à l'ordre quand j'ai l'intention, hypocritement de prendre un " p'tit-en-cas" dont je n'ai pas besoin 

Et puis, dès ce matin, j'ai attaqué le programme 

C'est pas bien méchant  et c'est vraiment une bonne idée , ajouté aux quelques petits  2 à 3 kilomètres journaliers qui nous sont autorisé avec les permissions de sortie, ça devrait tout de même éviter la catastrophe totale 





Ce matin, une petite marche de seulement 3 kms autour du canal, il fait si beau ! 

Un contrôle en cours de route, ils se sont renforcés, les 2 premières semaines on ne voyait pas de policiers, mais depuis 2 jours, ils sont bien présents un peu partout ,c'est bien

Autre avantage du confinement, la propreté des rues, je ne me souviens pas avoir vu le quartier aussi propre , les balayeurs sont en action tous les jours, les sacs poubelles ramassés et changés , un vrai miracle ! comme quoi, quand ils veulent, ils peuvent 

Au bord du canal, au pied du pont mobile, ont été posé dernièrement  des paillons, je n'ai pas encore pu voir quelles sortes de fleurs et d'herbes vont y pousser, mais en tous les cas, notre couple de cygne y a trouvé de quoi bronzer au doux soleil et à l'abri du vent 

  

Prenez soin de vous et soyez prudents 

vendredi 27 mars 2020

MOTS POUR COMPRENDRE


Je viens d'apprendre un nouveau mot : postprandial

On passe le temps comme on peut 

En parlant de mot, je m’aperçois que celui que l'on entends le plus en ce moment :

- C'est compliqué 

Chez le pharmacien," c'est compliqué pour en avoir " 
Au super marché " on en a pas, c'est compliqué" 
Avec les voisins " c'est compliqué de garder les gosses " 
Pour se faire livrer par Colissimo " c'est impossible......comme d'habitude 

12 eme jour de confinement : ben....c'est très compliqué


jeudi 26 mars 2020

ALLER RESPIRER AU SOLEIL


Nous avons décidé de mettre le nez dehors 

L'opération"canapé-mots-casés-rummikub-lecture" commençait à me taper sur les nerfs et à faire pencher la balance du côté qui me file le bourdon

Nous avons rempli notre bon de sortie et nous voilà partis au bord du canal 

Contrairement à l'habitude, nous ne sommes pas allés jusqu'à la Villette, trop loin de nos bases et c'est verbotten pour plus d'un kilomètre , mais en faisant le tour du bassin, c'est 2 kms aller retour, c'est bon 

Des CRS postés sur la place Stalingrad nous ont demandé nos papiers, pas de soucis " bonne promenade et rentrez vite" nous ont-ils dit , je les préfère aimables comme ça que déguisés en robocop avec matraque, allez comprendre pourquoi 😋😜 

Il fait un beau soleil et un petit vent coulis 

Les cormorans se baignent et se font sécher sur les corps-morts du port du quai de la Seine , nous avons même vu un énorme poisson, sans doute une grosse carpe, qui flânait peinarde, il n'y a pas de pêcheurs alors les carpes dansent avec les goujons

Tout est calme, les gens respectent bien le confinement 

On est rentrés après 1 heure de marche, ça fait du bien ! 


L'avenue de Flandre comme je ne l'avais jamais vue , c'est une grande artère de pénétration de Paris et toujours encombrée ! 

Le chemin piétonnier le long du canal, si ça continu on va voir y déambuler les dinosaures ! 

Prenez soin de vous tous ! 

mardi 24 mars 2020

TOUCHER DU DOIGT LA RÉALITÉ


Nous avons eu une nuit agitée 

Vers 1 heure, nous avons été réveillés par des gros bruits et des voix fortes dans l'escalier 

Puis sur le palier, du remue ménage 

En regardant par le petit œilleton de la porte, des pompiers, des médecins, le Samu....

Puis les cris et les plaintes de la voisine de palier 

Nous savions son frère malade depuis quelques jours, il nous avait dit qu’il avait un gros rhume il y a quelques jours 

Nous avons compris que son état avait dû s’aggraver et nous avons appris ce matin qu'il était mort et que le Samu n'avait rien pu faire

Nous n'avons pas ouvert la porte bien entendu, d'ailleurs un policier s'était positionné sur notre paillasson,sans doute pour éviter notre curiosité éventuelle, chose qui ne nous serai pas venue à l'idée compte tenu des circonstances et de la contagion possible 

Il y a une grande différence entre entendre les informations parlant des gens malades, des raisons du confinement et de vérifier de visu les dispositions et protections prises lorsqu'une personne est atteinte , c'est impressionnant et ça fait peur ! 

Notre pauvre voisin n'était pas vieux, à peine 57 ans , il vivait avec sa sœur après le décès des vieux parents,  célibataires tous les 2, c'était de braves gens, il était très populaire dans le quartier, y habitant depuis son plus jeune âge

Ce matin, il règne un certaine tristesse dans notre escalier et aussi une inquiétude supplémentaire pour la contagion  

Que la Paix lui soit accordée 





  

dimanche 22 mars 2020

UN NOUVEAU JOUR

Que vous dire ?

Comme pour vous je suppose, les heures s’étirent,

Nous avons la chance d'être 2 , nous jouons au " rummikub" en 5 manches, comme au tennis, ça occupe 2 ou 3 heures

L'homoconjointus fait très rapidement les courses le matin , il traverse la rue, pas question d'aller chez Monoprix où Casino, plus loin dans l'avenue et avec de longues attentes , le petit Carrefour Market nous suffit

Et puis, heureusement, nous avons les livres, la bibliothèque regorge de livres en sommeil depuis un moment, c'est l'occasion de les ressortir et de les lire

Voilà les derniers repris



Je n'ai pas de projet précis en broderie, je n'aime pas travailler pour m’occuper, faut que ce soit programmé

Prenez soin de vous et bon courage à toutes et tous 


vendredi 20 mars 2020

UN PIED DANS LA MOUTARDE


Lorsque je vais à la piscine à Belleville, piscine Alfred Nakache, rue des noyers ( oui, je sais, ça ne s'invente pas)

Je passe devant un bel immeuble boulevard de la Villette




Je connais bien sûr la marque, mais je ne connaissait pas l'histoire de Monsieur Bornibus

Alors, la voici, piquée sur internet 

L'Histoire Bornibus

Alexandre Bornibus est né en 1821 à Verpillières-sur-Ource dans l’Aube. Il est d'abord instituteur puis responsable d’une laiterie. En 1860, à l'approche de ses quarante ans, il reprend une fabrique de moutarde située dans le quartier des Halles à Paris. Au départ nommée Touaillon et fils, il va rapidement la rebaptiser sous la marque éponyme que nous connaissons : BORNIBUS.

En quelques années, Alexandre Bornibus devient l'un des rois de la moutarde en France notamment grâce à ses efforts en matière d’innovation. En 1864, il dépose un brevet pour un "moyen de tamiser la moutarde et diverses autres substances".

Grâce à cette évolution industrielle, il va devenir un grand nom dans le domaine de la moutarde et de nombreux journaux vont publier des articles à son sujet.

  • En 1869, « Le Petit Journal » écrit "Ce fabricant, par des procédés à lui, est arrivé à populariser la moutarde; il a fait pénétrer cet apéritif dans tous les ménages »
  • Dans son dictionnaire, Pierre Larousse cite l'une des inventions de Bornibus: "Pour les voyages au long cours et les excursions dans les climats lointains, cet industriel a inventé la moutarde en tablettes sèches. Pour en faire usage, on en gratte avec un couteau la quantité que l'on désire sur son assiette, on l'humecte de quelques gouttes d'eau, et l'on obtient aussitôt le condiment désiré."  
  • Quelques années plus tard, le « Dictionnaire encyclopédique et biographique de l’industrie et des arts industriels » écrit qu’Alexandre Bornibus "devint le premier et le plus important des fabricants de moutarde. Dès lors, le nom de Bornibus fut fameux en Europe, et il ne tarda pas à devenir universel." 
Au-delà de ses progrès industriels, Alexandre Bornibus est aussi reconnu pour sa gestion novatrice de l’entreprise sur le plan social. En effet, il donne une journée par an à ses employés qui partent tous ensemble dans les voitures de l'entreprise pour un repas à la campagne. Un employé avait confié "Nous allons aux champs nous ébattre en l'honneur de médailles qu'il a obtenues dans l'année pour ses produits et pour ses appareils de fabrication".

Afin de faire croître sa notoriété, Alexandre Bornibus fait appel à différentes personnes pour réaliser des publicités sur la marque.
En 1870, Alexandre Dumas insère un texte dédié à Bornibus dans son Grand dictionnaire de cuisine : "A mon retour à Paris, j'allai voir les ateliers de Monsieur Bornibus, boulevard de la Villette, 60. Il me fit visiter son établissement avec la plus grande complaisance et m'expliqua que la supériorité de ses produits venait de la perfection de ses instruments de manipulation inventés par lui-même et surtout de la combinaison et du choix de ses matières premières".

  • En 1878, Etienne Ducret écrit un petit livre de 32 pages intitulé « La Bornibusiade » à la gloire d’Alexandre Bornibus. Il s'agit d'un "poème gastronomique, piquant, apéritif, hygiénique, biographique, historique et lyrique, en vers libres"
  • En 1900, c'est le célèbre cinéaste Georges Méliès qui réalise un court métrage publicitaire dans lequel les clients d'un restaurant se disputent les pots de moutarde Bornibus.

Malheureusement, plusieurs drames vont venir ralentir l’essor de l'entreprise. En 1866, un feu se déclare dans l’usine qui est détruite. En 1870, la famille Bornibus rachète le bâtiment au 58 Boulevard de la Villette, le détruit et y reconstruit la nouvelle usine jusqu’en 1881.


Encore aujourd’hui, il est impossible de rater cette belle façade ornée d’un fronton « Alexandre Bornibus » et de plusieurs plaques à la gloire de la moutarde Bornibus et du fondateur de l'entreprise. De grosse lettres-enseignes en plastique terni montrent aussi que l'activité s'est poursuivie jusque dans les années 80.

En 1882, Alexandre Bornibus décède et l’entreprise passe donc dans les mains de ses trois fils qui continuent à la développer. Deux des trois frères, Georges puis Lucien, vont aussi mourir peu de temps après ce qui laisse Paul à la tête de la maison.

Il sera le dernier Bornibus à diriger l’entreprise puisque c’est ensuite Charles Boubli, un ancien de Felix Potin qui va reprendre les rênes en 1931. Au début des années 1970, l'entreprise compte encore 70 employés.

En 1992, les deux filles de Charles Boubli cèdent le contrôle à de nouveaux actionnaires qui quittent le boulevard de la Villette.


En 2012, la société Agrodor qui exploitait la marque a déposé le bilan laissant Bornibus sans avenir après plus d’un siècle et demi d’histoire.

Cette même année, Casimex Fine Foods rachète la marque avec la volonté de lui redonner son image d’antan. Grâce à son habillage vintage et au raffinement de ses recettes, Bornibus revient plus fort qu’auparavant. 

                                            

Une petite histoire pour passer le temps, en ce 4 ème jour de confinement, où le beau soleil nous nargue

Je suis allée faire des courses hier au soir à 20H45.... dans mon Casino qui ouvre 24H/24,  pas plus de 10 personnes dans les allées , mais plus beaucoup de choix sur certains articles 

Par contre, certains individus qui circulent, bien avinés ,en gueulant que c'est une maladie de blancs, la connerie n'a pas de limite

A 20 heures pétantes, ce soir, pour la première fois les applaudissements étaient nourris dans le quartier, on entendait dans le lointain les autres quartiers, c'est bien , petit à petit toute la ville va s'y mettre 

Et pour se mettre un peu de baume au cœur, sur ma fenêtre, les fleurs sont belles 

Prenez soin de vous et attention au petits gâteaux et au chocolat dans la journée pour tromper l'ennui, c'est un piège....




jeudi 19 mars 2020

JOUR 3

Comment ça va chez vous ? 

Le moral est bon ?

Nous ça va avec les petites difficultés ambiantes 

Tous les Picards de Paris sont fermés depuis ce matin, raté pour mes courses, rupture de stocks 

Et voilà, on a pas voulu faire comme tous les gros c***, pas de réserves ni de panique et qui sont les idiots , c'est nous .....



Des heures d'attente dans les supers marchés, c'est l'homoconjointus qui s'y colle le matin, au jour le jour, mais il n'est pas patient, alors il fait le tour du quartier pour voir là il n'y a pas de monde, ce matin, c'était carouf-market,  hier le petit Franprix , on avait oublié les plus petits magasins 

Le principal c'est de trouver la bouteille de blanc.....

Je reprends quelques livres oubliés, j'en retrouve certains avec plaisir et puis chaque jour suffit sa peine 

Il parait que dans certains quartiers, les gens ne veulent rien respecter, les flics pour l'instant n'y vont pas trop,faudrait pas chercher l'embrasement, tout ce qu'on peut leur souhaiter c'est de choper le truc, on renverra  les cercueils dans les bleds de l'autre côté de la mer 

Moi, j'enverrai  l'armée les rentrer  à coups de pompes , mais je ne suis pas très tolérante...

Allez haut les cœurs, si tout va bien on sera libérés dans quelques semaines 






mercredi 18 mars 2020

JOUR 2


2 éme jour du confinement et j'ai déjà des fourmis dans les jambes 

J'ai mis le nez dehors pour quelques courses 

Monsieur Picard est fermé, il ne rouvrira ses portes que demain pendant 1 heure, je ne sais pas si je vais tenter l'aventure 

Il n'y avait plus  foule chez le pharmacien, mais pas de livraisons, faudra y retourner 

Déjeuner devant la télé, faut bien se tenir au courant 

Vers 16 heures j'ai attaqué le nettoyage des vitres, ça occupe 

J'ai commandé 4 livres, mais l'éditeur m'informe qu'ils ne seront pas envoyés avant un bon moment, mais ça ne les a pas empêché de prendre les sous, c'est bien fait pour moi, pour une fois que je voulais faire une bonne action,  la prochaine fois, je retournerai chez Amazon, eux ils livrent et ne prennent les sous qu'une fois l'envoi effectué 

A part ça, c'est Paris au mois d’août en encore mieux  

Pas de bruits, pas de voitures, pas de gamins dans la cour, pas de mamas-coucous hurlant dans leurs téléphones , l'avenue est déserte 

En gros, calme plat et confinement plutôt bien respecté dans notre quartier 

C'était le journal du jour 

Et chez vous ça va ? 

Restez à la maison et prenez soin de vous 







mardi 17 mars 2020

MANQUAIT PLUS QUE CA


Depuis plusieurs jours, impossible d'accéder à mon blog et à FB 

Comme chaque fois que ce C**** de window décide de faire une mise à jour générale,paf! c'est le boxon dans mon ordi ! plus rien ne fonctionne, faut tout reconfigurer et chaque fois, j'ai des vapeurs 

Si en plus de la quarantaine, je ne peux plus faire de billets, lire les commentaires et les blogs des amis, c'est plus de l'isolement, c'est la camisole de force 

Enfin ce matin,après avoir appelé à mon secours l'ami Corto, qui a la science infuse et sait dépanner le truc en  2 coups de cuillère à pot, ça remarche ! par contre, je n'ai pas retrouvé la fonction " orthographe...." si quelqu'un sait comment la retrouver sur blogger, je suis preneuse 

Pas encore FB, mais qui fonctionne sur mon téléphone,  dont je ne sais pas bien utiliser les paramètres,on fera avec, d'autant que ma technicienne préférée, ma fille , est aussi confinée chez elle, après avoir fait un malaise au magasin et s'être retrouvée à l'hôpital 

Tout ça pour vous dire que c'est tout de même un sacré bazar qui nous arrive  

Espérons que tout ira bien , on va lire, regarder la télé, reprendre les vieux DVD , il y a longtemps que je n'ai pas fait de broderie, je pourrai peut être m'y remettre

Prenez soin de vous, soyez prudents, essayons de respecter les règles même si ce n'est pas facile 



samedi 14 mars 2020

C'EST PAS LE TOUT.....


Ce foutu virus va nous plomber les occupations 

Même en passant chaque quart d'heure au lavage de mains , va falloir trouver à s'occuper

Je suis au chômage technique depuis hier au soir, compte tenu de mon âge, je ne dois plus m'approcher du petit Jules , d'autant que c'est les mômes qui peuvent nous contaminer, il est préférable de les aimer de loin en ce moment 

La piscine, le gymnase sont fermés 

La bibliothèque aussi ,c'est d'ailleurs plus raisonnable, vu que le covi-machin pourrait bien aller se loger entre les pages 25 et 30 d'un livre , il est taquin ce truc ! 

Nos vacances Bretonnes sont niquées et ça m'attriste de ne pas aller voir mes gamins  

Ce matin au super marché, des rayons vides, chez monsieur Picard, les paniers débordaient

C'est dans ces moments là que l'on peut vérifier que ce peuple est par moment , pas très solidaire , n'a pas beaucoup de dignité ni de sang froid 

Je pense qu'après les élections de demain , nous allons avoir la fermeture des restaurants et des bars, va falloir picoler chez soi tout seuls

Laissez tomber les pâtes ( elles viennent d'Italie) et le riz, ( il vient de Chine ) et faites plutôt provision de vin et de bière, ça fera oublier la morosité ambiante  

En  tous les cas, prenez soin de vous tous 



mardi 10 mars 2020

LE ZOUAVE



Le pauvre prends son bain annuel et pas seulement au niveau des pieds 




Avec les grosses pluies de ces jours derniers, la Seine est montée ce matin à 4m30, c'est pas encore dramatique mais ça devient préoccupant


D'autant que ce pauvre gars, depuis qu'il est tout seul sous son pont, doit tout de même se faire tartir un brin , sans compter les rhumatismes ce qui, à son âge n'est pas très bon 


Avant, il avait 3 autres copains, un par arche de pont, ils pouvaient au moins s'échanger leurs souvenirs de grandes batailles, en particuliers celle de Crimée, puisque le pont avait été baptisé en cet honneur 


Mais en 1970, on refait un pont tout neuf, plus large, et si on laisse le zouave en vigie pour la seine, on déplace ces 3 potes, le chasseur à pieds à Vincennes, l'artilleur à La  Fère dans l'Aisne, et le grenadier à Dijon  





C'est en 1856 que le sculpteur Georges Diebolt s'attaque à cette œuvre, il aurait pris pour modèle un vrai zouave du nom d'André Louis Gody, mais tout le petit monde des historiens n'est pas d'accord avec ça 


Dans le fond, on s'en moque de qui il est notre zouave, c'est l'histoire de notre ville , la vigie de la Seine, et quand il commence à avaler les goujons et les gardons tout crus, c'est que les parkings des beaux quartiers sont inondés et que le métro déborde

On en est pas encore à circuler en barque vers l'Opéra, comme en 1910, de toute façon, nous ne serions pas concernés, faudrait que la Seine prenne un sacré élan pour monter la rue Lafayette et grimper jusqu'aux Buttes Chaumont   




vendredi 6 mars 2020

ABRIBUS


Enfin, bus, oui, mais abri, ça reste à voir 

Je voudrai bien connaitre le génie qui a décidé il y a quelques temps de remplacer tous les abribus de la ville par de trucs modouille et chicos 

C'est normalement des endroits où par temps de pluie et de grand vent on peut s'abriter des nuées 

Sauf que :


Sauf que, tel que vous le voyez, ils ne vous protègent  de rien du tout et surtout pas de pluie ni des courants d'air 

Et encore, dans certains endroits,  la vitre de côté n'existe pas et que selon que le vent et la pluie viennent d'un côté où de l'autre, vous vous prenez la flotte tant par le toit si admirablement découpé que par les côtés , comme pour ce modèle-ci-dessous 


Ah bien sûr, les gens peuvent recharger leur téléphone sur le côté, ils peuvent aussi savoir quand le bus arrivera, où, encore mieux, savoir que des glandus occupent les voies de la ligne 12 où que le RER est coupé pendant 3 heures, ce qui fait toujours plaisir aux gens qui rentrent chez eux 

Mais pendant ce temps-là, moi, j'attends sous la flotte, dans un truc qui s'appelle abri-bus et qui a un  peu plus creusé le déficit de la ville tout en réjouissant  les concepteurs et fabricants 

Je tiens donc à remercier les créateurs , qui sans aucun doute, n'ont jamais attendu le 60 sous la flotte rue Pelleport , station Borrégo


jeudi 5 mars 2020

LE MILLION .... LE MILLION ....


Je viens de passer le million de pages vues 

Bon certes, par rapport à certains de mes potes de blogroll, je suis une petite main, une plaisanterie 

Mais bon, tout de même, ça fait plaisir 

Voilà, merci à vous qui me lisez encore après toutes ces années 

Qui, quand je lâche un peu la corde, me demandez de continuer  
Merci donc à vous tous, inconnus, anonymes, copains virtuels et copains rencontrés en vrai grâce aux blogs et de déjeuners de nauséabonds pleins de rigolades et de discussions  

Je vous embrasse toutes et tous 


mercredi 4 mars 2020

COMME LE CHANTE DUTRONC

On nous cache tout, on nous dit rien 

Enfin, presque 




Il y a des régions où la saloperie de virus fait, parait-il, un vrai festival

Enfin , c'est ce que disent les télés



Les infos, ce qui voudraient en être, nous gavent d'images à ce sujet 

Mais voilà qu'à Paris ….rien, nada….

Pas un cas, pas un malade, pas un seul petit microbe qui se baladerait peinard dans un arrondissement même de l'Est où du Nord, si mal fréquenté ( puisque j'y suis …) 



Vous avouerez qu'on pourrait rouspéter à la discrimination non ? 
Avec tout ce qui se balade dans le métro ou dans les bus on fait pourtant ce qu'il faut ! 

Aurait-il la frousse du Parigot le virus ?  ou alors la pollution infâme dont nous bassine la bignole le ferait-elle  fuir ?  

J'ai comme l'impression qu'on nous cache des choses 

En attendant je m'en lave les mains et le 49-3,  lui, va bien 



mardi 25 février 2020

J'SUIS GONFLEE


Alors que les blogueurs, chez mon hébergeur seraient considérés comme des gens dangereux , j'ai décidé de faire un billet qui risque de m'amener quelques ennuis 

Je suis sûre que vous vous demandez s'il faut continuer à lire mes billets sans risquer de vous faire allumer par la patrouille 

Allons-y 

Le printemps est rudement en avance 

La preuve 




Ce qui n'est pas sans m'inquiéter

Nos grands mères le disait " Noël au balcon, Pâques aux tisons" 

Seulement voilà, moi, aux environs de Pâques, je serai en Bretagne, et j'aimerai bien pouvoir prendre mon petit déjeuner sur la terrasse 

Voilà, c'est tout, j'attends la patrouille et vos commentaires si vous n'avez pas trop peur 

samedi 22 février 2020

UNE HISTOIRE DE FEMMES

Il parait que la généalogie est une passion chez certains 


Je dois avouer, à ma grande honte, que je n'ai rien eu à faire pour trouver certaines de mes origines


Du coté de mon père, les recherches ont été faites depuis longtemps 


Il avait crée, il y a plus de 30 ans, avec quelques autres " Gagnon" une petite association et au fil des années, cette petite association s'est bien structurée, avec des gens sérieux et compétents


Mais aussi, avec des rapprochements avec l'association des  "Gagnon et Belzile " au Canada  


Les " Gagnon de France" et les Gagnon du Canada, ont eu la chance d'avoir en leur sein, un grand généalogiste, reconnu mondialement, qui a écrit plein de bouquins sur l'histoire de notre famille , en particuliers sur la saga des frères et cousins, partis faire souche au Québec, parmi les premiers aventuriers s'établissant dans cette nouvelle France 
Mais remontant aussi  au fin fond des siècles, puisque nous savons même avoir eu quelques fortes têtes, qui vers 1020 sont parti guerroyer en croisade, et même ces vaillants chevaliers ont leur gisants dans une petite église du côté du Loiret , c'est dire ! 

Tout ça pour dire, que de ce côte là , je sais d'où je viens 


Par contre, j'ai reçu récemment à la suite de son décès en 2013, l'extrait de naissance de ma mère, née en 1925 à Paris 19eme, et j'ai découvert la date de naissance de ma grand mère 


Ne manquant pas d'illusions, je me suis branché sur les registres numérisés de Paris 


Ma grand-mère serait née le 3 janvier 1897 à  Paris 10 eme,  sous le joli nom de Victorine Juin 


Première surprise, tout le monde l'appelait Clémentine, mémé-Tine pour nous , mais, bon, pourquoi pas 


J'ai alors découvert, qu'elle n'était pas dans les registres , grande déception ! 


Je me suis aussi aperçu que nos anciens ne se pressaient pas pour aller déclarer leurs gamins à l'état civil, certains étaient enregistré plus de 2 ou 3semaines plus tard,  sans compter des pères qui se manifestaient en reconnaissance largement plus tard 


J'aurai bien voulu par ce biais connaitre l'état civil de mon arrière grand- mère, et remonter ainsi, par les femmes , car je sais que je suis la descendante d'une tribu de parisiennes pure souche


Il va falloir que je demande des conseils, je n'ai pas l'air très douée ! 





mercredi 19 février 2020

JE SUIS SUSPECTE


Ce matin, j'ai lu sur un blog ami que toutes les personnes qui publiaient des blogs hébergés par Blogger étaient considérées comme " suspects" 


Moi, vous me connaissez, je ne suis pas pour coller le boxon, c'est pas mon genre, mais savoir ça m'a fait réagir 

Je lâchais petit à petit ce fameux blog que la terre entière suit avec intérêt chaque jour, la lassitude s'installait au bout de 11 années de labeur intense ( et inutile par ailleurs )

Mais là, attention !! ça devient sérieux ! si je suis suspecte, je vais en rajouter une couche, faudrait tout de même pas que messieurs les censeurs soient privés de mes diatribes fumeuses et fumantes, ah non !

Car tout de même, tirer l'aiguille pour faire des trucs que plus personne ne veut repasser , monter des mailles et en parler, faire des visites de musées, de concerts, parler de cuisine, bien manger et bien boire, rigoler avec les copains, franchement, c'est tout de même à surveiller un truc pareil

Ca sent la réaction, le populo, pire, le Peuple avec un grand P

Vous avouerez que c'est autre chose qu'un gars qui s'astique devant son téléphone pour faire la cour à une dame ou qu'un gars perché sur le plus haut banc de l'Assemblée Nationale accusé de recel de bien public de faux et usage de faux, c'est des plaisantins ces gars là à côté d'un texte chez moi et je ne parle pas des autres … 

Ceci dit, j'aimerai le remercier pour ses grivoiseries le rigolo, j'ai bien rigolé tout le Week-end

Comme le dit Serge July dans un entretien " celui qui est ministre et qui fait ça est un con "


On est bien d'accord





lundi 27 janvier 2020

UN BEAU CONCERT

Nos amis Laure et David nous avaient invité dimanche à les rejoindre pour un très beau concert 

Ce concert était donné par la magnifique chorale de la petite église orthodoxe Saint Séraphin de Sarov afin de récupérer quelques fonds pour faire de gros travaux forts utiles pour l'église 

Nous avions eu l'occasion de nous rendre dans cette délicieuse église tout en bois construite au fond d'un jardin lorsque Laure et David s'y étaient mariés 



L'église est toute petite et ne peut pas accueillir beaucoup de monde, c'est donc en toute amitié religieuse que le curé de la Paroisse Saint Léon , toute proche, a hebergé cette manifestation 


L'église porte le nom du pape Léon-le-Grand , construite en 1930 dans un style art déco, en béton, ciment et briques ; elle abrite aussi un reliquaire de Sainte Geneviève 


Ben oui…...aussi…..


Comme très souvent dans les églises Orthodoxe, la chorale a une grande importance et celle de St Séraphin est particulièrement remarquable 



Sa tradition musicale, comme dans la plupart des églises Russes de Paris est fondée sur l'usage paroissial, un chant simple, recueilli, fondé sur des mélodies antiques, qui s'adaptent au texte chanté 

Depuis une vingtaine d'années la paroisse est peuplée d'orthodoxes venus de pays divers et variés mais aussi de France, les chants se sont donc adaptés à cette réalité en intégrant une part francophone en plus du slavon, langue liturgique des peuples slaves ou directement composés en Français par des membres de l'immigration , inspirés de la tradition polyphonique Russe 

Nous avons passé 1heure 30 dans une église archi comble, ce qui fait plaisir, a écouter de très beaux chants 

La crèche présente près de la chapelle de laVierge, sous un vitrail de Sainte Geneviève