mardi 13 novembre 2012

DEMAT EUS BREIZH

Quoi ? vous parlez pas Breton ?

Ben moi, je parle pas arabe et j'en entends toute la journée, j'en fait pas un plat....

Je vais vous raconter une jolie histoire de nos côtes

Sur l'île de Trevennec, un gros rocher perdu en mer Celtique, il y a un vieux phare
 
 
 

Depuis 1875 ce caillou a très mauvaise réputation, figurez vous que les gardiens entendaient des voix qui leur disaient " ker suit "  autrement dit, " va-t-en "

Il devenaient un peu barjots les gars, c'était mystérieux et lugubre......des voix venues d'outre- tombe

Bon, vous me direz, le chouchen n'y était peut être pas pour rien, fallait y allait vivre sur cet îlot pendant les quinzaines, surtout que c'était pas d'un accès facile quand la tempête s'en mêlait !

Vers 1910, l'îlot a fini par être complètement abandonné, les phares de l'île de Sein et de Douarnenez  avaient pris la relève.
 
Mais depuis quelques temps, il y avait de nouveau de voix, de vraies cette fois-ci qui ne voulaient pas que l'îlot, qui avait vécu tant de tempêtes, de rêves de gardiens et de cuites mémorables restent comme ça, sans âme, donnée au Diable,
 
Ils donc donc décidé de forger une nouvelle croix et de restaurer le vieux phare
 

Ils en ont bavé pour accoster, vous pouvez aller voir ça sur la vidéo si vous tapez " TREVENEC "
ils ont dû finir à la nage, dans l'eau glacée ,  tellement la houle leur refusait l'accès 
 
 
Si les anciens, sans les moyens techniques d'aujourd'hui, avaient réussi à le construire ce foutu phare, pas de raison de ne pas y arriver , foi de breton !
 
Et la nouvelle croix a été posée, au sud de l'île, à la place de l'ancienne, enlevée par un jour de colère du diable
 
 
 
 

 
Le phare va être restauré et il  sera sans doute mis à disposition d'un artiste qui pourra peindre la mer dans tout ses états. 
 
Maintenant que Dieu a retrouvé le chemin de la petit île, tout ira bien  
 
D'autant que le Diable était bien dans le coup, ce salopiaud, on a fini par découvrir qu'à force de creuser , la mer s'engouffrait à certains endroits, il y avait effectivement des hurlements pas très catholiques et que c'était ça qui effrayait tant les hommes....
 
Comme quoi, le chouchen et la binouze, ça peut mener à la ruine...
 
Moi j'aime bien les belles histoires d'hommes......


18 commentaires:

  1. L'isolement, la foi et la météo sont à l'origine d'intermprétaions diverses... le vent qui s'engoufre, la mer qui râcle etc...
    L'avantage avec le breton bretonnant est qu'il vous reçoit en français mais qu'il est heureux si vous bretonnez aussi. Ce n'est pas le cas dans toutes les régions.....
    Bisous kinia

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. mouais, enfin le breton du ch'nord, l'es pas toujours content que tu le comprennes pas, celui du sud, qui parle plus le gallo, c'est moins grave ! bbisous

      Supprimer
  2. moi non plus j'parle pas breton...... et je m'en porte pas plus mal

    malgré tout c'est pas facile tous les jours !!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. entre nous, je le parle pas vraiment et je le comprends pas du tout, mais le Normand non plus hein !! tu dois avoir un avantage sur moi !sorti du patois de la porte de la villette, je suis bonne à rien ! bisous

      Supprimer
  3. On a du mal à imaginer les existences des gens qui vivaient là. Je ne m'étonne pas du tout qu'ils entendaient des voix. Entre le vent, la mer, les oiseaux et la demi-folie qui les guettait, il y avait de quoi entendre tout ce qui se passait dans le monde d'en dessous.
    Tu nous la racontes en breton? :)
    Kenavo ha ben ar vech'al!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. euh, en breton, là , tout de suite, ça va être dur ! je fais ma maligne comme ça, mais bon......

      Supprimer
  4. Oh que tu as de la chance de vivre au milieu des "multi-cultures"! Bon,revenons au Far breton qui se fait grignoter...Comme on pollue de plus en plus la planète et que le niveau des mers va monter, le Bon Dieu (je m'entraine, je dois aller à un enterrement aujourd'hui, on va encore pas pouvoir se garer!!) ne va pas tarder à prendre un bain de pieds!:)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. viens-y y vivre dans ma multi cultures, t'auras vite changé d'avis !

      un peu d'eau bénite te fera du bien...mécréant ! et demande au bon Dieu d'avoir un oeil sur ta production d'oeuf,va savoir ! gros bisous

      Supprimer
  5. un phare hanté c'est pas rare surement...mais ma bonne dame auriez pas une petite part de far pour mon dessert du soir ?
    kénavo

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. hum le far ! j'adore le faire et le manger !

      Supprimer
  6. quel avantage je peux bien avoir, ??? celui de patoiser un peu le normand ...
    mouais bof !!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. ben celui de patoiser tiens ! c'est important, ça rattache à la terre de ses ancêtres , bisous

      Supprimer
  7. Une histoire passionnante!
    Et je suis contente que tu l'aies racontée en français;o)
    J'adore les phares, les moulins et les châteaux hantés ou pas!

    Le seul mot que je connaisse en breton c'est kenavo! Et c'est ce que je vais te dire maintenant;o)

    ***
    Alors bises et kenavo****

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. j'en connais plusieurs, mais c'est court pour placer dans une conversation ! tête de mule par exemple....et aussi" bonjour not' maître" mais là, ça fâche les gens de gauche, alors, je ne le place pas souvent non plus par les temps actuels, et aussi " gast" mais là, c'est un gros mot et aussi les points de broderie, mais difficile aussi a placer dans un dîner en ville, bises et kénavo

      Supprimer
  8. Nozvat BOUTDEFIL. C'est la bretonne ZAZA qui vient de venir jeter un coup d’œil sur ton blog fort sympathique. Cet article sur le phare de TREVENEC est très bien ficelé, bravo. J'ai cru comprendre que tu étais de ce coin là. Mes origines sont plus sur ROSCOFF (origines paternelles) et la maison familiale se trouve à l'île de Batz. Alors tu penses bien que ma fichue chute dans les rochers de pors leïenn en août 2011 me laisse un goût amer.... Plus la même autonomie pour me rendre chez maman depuis. Plus la même communion avec cette nature îlienne que je considère comme ma terre. Nozvezh vat mignon ker ha pokoù bras. Ken ar wech'all.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. MERCI! je ne suis pas de ce beau pays mais je le fréquente depuis plus de 40 ans et cerise sur le gateau, mon fils ainé épousé une native du Morbihan et j'ai 2 petits bretons , tous installé dans un joli village morbihannais,
      ta chute à été grave apparement ? je vais te rajouter dans ma blogroll,
      à bientôt

      Supprimer
  9. Des histoires comme on aimerait en lire plus souvent ... un mélange de fantastique ,de passions, de courage ... alors je reviendrai ! Bises .

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. oh merci et bienvenue chez moi, j'ai beaucoup aimé tes jolies photos de Chaumont, amicalement

      Supprimer

Coucou, quelque chose à rajouter ? Vous gênez pas, c'est fait pour, anonymes et trolls allez voir ailleurs !