mardi 9 février 2016

CACHE-CACHE-CHAT

Que ce soit un carton ou un sac en kraft, 

Les chats adorent 

Mam’zelle Ella ne fait pas exception à la règle 

Elle se remet très bien de son opération

Les analyses  ont parlé , c'était un fibrosarcome cutané 

Nous espérons que ça ne reviendra pas trop vite car, hélas, le véto nous a dit que c'était souvent récidivant , parfois à plus ou moins long terme 

Une cochonnerie quoi 

En attendant , elle pète la forme ! 








dimanche 7 février 2016

DIMANCHE AU SALON




Puisque j'avais pu récupérer des entrées gratuites, j'ai eu le plaisir d' y aller avec ma fille

Cette année, j'ai trouvé le salon très intéressant

Sans doute parce que  y aller le dimanche, c'est le bonheur

Pas trop de monde, des allées fluides, le temps de tout voir tranquillement sans bousculades

Rencontre avec des brodeurs géniaux, comme Pascal Jaouen , qui fût mon maître à plusieurs reprises



Broderie Glazig 

Où d'autres, avec des très belles réalisations et des heures de travail

Un très aimable monsieur, parlant bien de son travail 






Des achats chez " Tendances ruban "

Incontournable, je vous conseille son site, j"achète mes galons et rubans chez elle et je profite toujours de son passage au salon pour faire un petit stock ,  en plus elle est super sympa !





Retour des dentellières aussi , bonne nouvelle !



En marge du salon, cette année, une exposition sur les arts Mayas et Américains du Sud 

De très belles choses

Du papier tissé, magnifiquement fragile 



Des plumes 





Du tissage de laine



De la broderie 




Je trouve que ces broderies ressemblent à la broderie Hongroise













Après plusieurs heures à fureter d'une allée à l'autre, de prendre des idées , de trouver de futurs fournisseurs pour des patrons, de regarder les prix, de comparer.....

On avait une bonne faim 

Pas la peine d'essayer dans le salon, c'est sandwichs divers et très chers , de la flotte et des sodas 

Nous sommes allées dans une jolie pizzeria, sur le boulevard Victor 

Une sortie entre filles, ça s'arrose

On a  donc bu une bouteille de Lambrusco avec une belle pizza au 4 fromages et des pâtes à la sicilienne et en dessert, de la tarte au citron 

Pas de raison de ne pas se faire plaisir et faut en profiter avant que certains interdisent aux femmes non- accompagnées de s'arsouiller en public après les avoir empaquetées en sac poubelle 


samedi 6 février 2016

HISTOIRE DE PROMENADE, DE LACRYMOGÈNE ET DE CHIENLIT



Nous avions décidé de nous rendre dans le Marais, où le designers Hervé VON STRAETEN expose ses luminaires , meubles et miroirs dans un joli espace 

L'expo s'appelle " Émergence " 

4,5 km aller autant retour, de quoi se balader le nez en l'air et vous faire quelques photos 

De l'expo tout d'abord, de très jolies choses 

Un style épuré, des pièces uniques, cet artiste est le fournisseurs des grands collectionneurs du monde entier, de Paris à Londres, en passant par N.Y et Hong Kong 

Titulaire du label " entreprise du patrimoine vivant " 
















Au retour, nous avons musardé, en passant par le Marais, comme toujours beaucoup de monde 

Le samedi et le dimanche, c'est la grosse foule 

Le Marais, c'est les beaux hôtels particuliers,  mais c'est aussi un quartier qui a perdu son âme, les petits restos de la rue Pavée, de la rue des Rosiers sont devenus des usines à falafels et ça sent le graillon au milieu des boutiques de fringues 

Plus de vieux juif en caftan et kippa qui vous vendait  des vieux livres, des photos, des affiches et avec lequel on pouvait discuter un bon moment, déjà pour avoir un bon prix et aussi par plaisir 

La vieille école où allait mon grand père est devenu un CAT, et les bains douches un magasin de fringues, tout comme l'antique restaurant Goldenberg où nous allions pour fêter son anniversaire dans les années 80

Les librairies ont toutes disparues, toutes remplacées par des fringues, encore des fringues, il n'y a plus que ça !




























Au retour, nous sommes passés par le rue Du temple pour récupérer ma fille qui sortait du boulot 

Il y avait une grosse manif sur la place, les CRS étaient déployés partout, harnachés  comme des " Goldorak "   

La place ,  toujours occupée par des tas de manifestants, poseurs de bougies, de drapeaux, migrants divers et variés et gauchistes ébahis et azimutés les soutenant 

Les gens n'y passent plus, enfin, je veux dire les gens " normaux" tout le monde passe au large, le long des rues adjacentes , même si ça oblige à un grand détour, c'est plus prudent 

Et là, d'un seul coup, les CRS ont chargé dans la foule des promeneurs, au milieu des femmes, des enfants, des personnes âgées, des gens qui faisaient leurs courses,  ils coursaient  des mecs dans tous les sens et les gaz lacrymogène ont commencé à nous tomber dessus, c'était l'enfer ! les gamins hurlaient en se frottant les yeux et en toussant, les gens éternuaient, toussaient, ceux qui ne savaient pas ce qu'il leur arrivait, étaient affolés, ceux qui avaient déjà goûté aux délices des gaz expliquaient que ce n'était pas trop dangereux mais qu'il fallait mieux se dépêcher de se tirer ! 

Pour ceux qui connaissent, ce n'est qu'en arrivant au coin du Magenta qu'on a commencé à respirer et à ne plus pleurer ! 

Mais dans quel pays vivons nous pour que les citoyens ne puissent plus se promener un samedi tranquillement ! 

De Gaulle disait  " c'est la chienlit "  on y est !