mardi 18 novembre 2014

UNE PENSEE POUR AMANDINE


Ce matin, nous avons accompagné AMANDINE sur un autre chemin que le nôtre

Son ami LOLO DES FRAISES avait mis ses baskets rouges et bleues pétantes parce qu'elle les aimaient et qu'elles accompagnaient son chagrin 

Elle a choisi de se séparer de nous, de sa vie, de sa musique et de laisser son talent se diluer dans le temps et dans notre souvenir

Elle restera éternellement cette jeune et jolie fille, pétaradante de vie et son rire nous accompagnera longtemps

Nous espérons qu'elle a enfin trouvé la paix qu'elle recherchait tant 

Que Dieu garde sa belle âme 





" l'amour ne disparaît jamais 
   La mort n'est rien
   Je suis seulement passé dans la pièce à côté
   Je suis moi et tu es toi
  Ce que nous étions l'un pour l'autre
  Nous le sommes toujours 

C.Peguy

12 commentaires:

  1. Merci encore d'avoir été là !!! Merci pour ce joli billet très émouvant. Bisous. Lolo

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. l'amitié est là aussi pour les moments difficiles
      bisous

      Supprimer
  2. Quand les larmes viennent du coeur elles portent tous les messages d'amour...
    Ton billet est très émouvant et me fait regretter de n'avoir pas connu Amandine

    RépondreSupprimer
  3. Ce commentaire a été supprimé par un administrateur du blog.

    RépondreSupprimer
  4. J'ai mis un lien vers ce billet dans mon billet-hommage à Amandine. J'y ai ajouté Tadek qu'on a croisé qui l'amusait tant au boulot avec ses histoires et son élevage de fourmis...

    RépondreSupprimer
  5. j'apprends ce matin seulement la disparution d'Amandine. elle chantait superbement, une voix riche, belle, douce, tendre, parfois rugissante, toujours intense.
    beaucoup, beaucoup de chagrin.
    merci, Madame, pour ces mots par lesquels elle reste, joyeuse, dans la mémoire.

    Philippe alias Fifi-la-Caille, comme elle m'appelait...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. merci à vous de votre visite et de ce rappel à Amandine que nous n'oublions pas en ce printemps qu'elle ne verra pas, elle qui aimait tant aller prendre un verre sur les terrasses à cette saison avec son ami Lolo des Fraises

      Supprimer
  6. En cherchant à la recontacter,je viens d'apprendre qu'Amandine est partie explorer des horizons qui échappent à notre vue... je suis très triste. Son autre amie-violoncelle

    RépondreSupprimer
  7. En cherchant à la recontacter,je viens d'apprendre qu'Amandine est partie explorer des horizons qui échappent à notre vue... je suis très triste. Son autre amie-violoncelle

    RépondreSupprimer
  8. Que dire...trois ans que Didine est partie, trois ans que la rage, la tristesse, le chagrin d'avoir perdu ma cousine, de cinq ans mon ainée m'habitent. On dit qu'avec le temps la peine s'estompe....c'est faux. A toi Amandine qui m'a transmis tes passions pour la musique (vive Piazolla !!), le théâtre (les représentations que nous faisions petites à Préfaille :-) ), Brecht ...., à toi que j'aime tant, je voudrais te dire combien tu me manques....énormément ! Oui tu avais cette énergie débordante, ce sourire radieux, et à côté de cela...tu souffrais...je m'en veux , si tu savais...Bien à toi ma Didine. Elsa

    RépondreSupprimer
  9. Ce soir, je ne sais quel petit rien m'a d'un coup rappelé Amandine ... je cherche donc sur internet ou elle est actuellement ayant suivi de loin il y a quelques années son parcours.
    Quelle tristesse de lire plus de 3 ans après qu'elle a décidé de partir.
    Amandine ... Didine connu en 1997 ou 98 au lycée de Villers, pourtant avec son année de plus que moi et moi ma classe de retard, elle est en terminale et moi en seconde.
    On s'ennuie chacune de notre côté, c'est probablement pour cela que nous nous sommes trouvé.
    C'était simple dès que l'on se croisait il y a avait un hurlement et une tornade, moi beaucoup plus petite elle me prenait dans ses bras et me faisait tourner la tête calé dans son coup sous sa "touffe" de cheveux.
    Puis nous sommes partis à Paris, Amandine pour suivre des cours de théatre, moi en classe de 1ere.
    On aimait se retrouver dans les parcs parisien, mettre nos pieds dans les fontaines bravant les interdits, les café du 18ème et passer de longues après midi à discuter, ou après ses premières petites salles
    Il y a eu les moments sombres, les jours ou elle n'allait pas bien. et puis la vie nous a éloigné probablement quand je suis devenu maman il y a 11 ans, je ne crois pas l'avoir revu depuis le jour ou on a tagé son appart avant travaux .... soirée folle. Après tout se mélange dans ma tête
    régulièrement je pense à elle.
    je suis vraiment triste, j'aurais tellement aimé la croiser à l'improvise à Paris même si je n'y habite plus.

    Didine ... tu seras toujours dans mon coeur

    RépondreSupprimer

Coucou, quelque chose à rajouter ? Vous gênez pas, c'est fait pour, anonymes et trolls allez voir ailleurs !